mogo
barre de menu
image image  Assurance      filet noir

Création de la Fédération Française de l’Assurance

Vous êtes ici : Actualités :  assurance  Assurance
filet flux RSS separateur partager facebook google live separateur envoyer a un ami separateur ecrire a qualisteam filet

Qualisteam | Mercredi 13 Juillet 2016

La création de la Fédération Française de l’Assurance (FFA) marque la réunion au sein d’une seule organisation de la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA) et du Groupement des entreprises mutuelles d’assurance (GEMA).

La Fédération Française de l’Assurance rassemble les entreprises d’assurances et de réassurance opérant en France, soit 280 sociétés représentant plus de 99% du marché. Elle sera le porte-parole de référence de la profession auprès des interlocuteurs publics, privés, ou associatifs en France comme à l’international.

En réalisant l'unification de leurs instances représentatives, les assureurs se dotent d'une organisation destinée à répondre à la diversité des défis qui les concernent, qu’ils soient réglementaires, numériques, climatiques, sociétaux.

Réuni ce jour au sein de la Maison de l’assurance, le Conseil exécutif de la Fédération Française de l’Assurance a procédé à la désignation, pour les trois prochaines années, de ses trois Vice-présidents :
► Pascal Demurger, Président de l’Association des assureurs mutualistes (AAM) et Directeur général du groupe MAIF,
► Jacques Richier, Président de la Fédération française des sociétés anonymes d’assurances (FFSAA) et Président-Directeur Général d'Allianz France,
► Pierre de Villeneuve, Président du Groupement Français des Bancassureurs et Président Exécutif de BNP Paribas Cardif.

Sur proposition des trois Vice-présidents, l’Assemblée générale de la FFA a élu Bernard Spitz Président de la Fédération Française de l’Assurance pour un mandat de trois ans.

Pour Bernard Spitz, Président de la Fédération Française de l’Assurance : « La création d’une Fédération unique témoigne du dynamisme de l’organisation professionnelle de l’assurance. La confiance qui m‘est accordée m'honore. Je veillerai tout au long de mon mandat, avec le soutien des équipes de la Fédération, à servir au mieux les acteurs de l’assurance et de la réassurance, à les aider à répondre aux besoins de leurs clients et sociétaires et à contribuer au rayonnement de notre profession en France comme à l’international. »

A lire aussi :
Intelligence artificielle : Lloyd’s signe son premier contrat
En 2016, le marché de la complémentaire santé et de la prévoyance a été porté par les contrats collectifs
Contrats obsèques et contrats dépendance : mise en place de deux dispositifs de recherche


nouvellesrecherche inscription recherche

 
image CNP Assurances investit dans MyNotary

CNP désire investir 100 millions d'euros en cinq ans pour accompagner les starts-up innovantes. MyNotary, son 5ème investissement, est plateforme collaborative française de co-construction en ligne de contrats immobiliers.
filet
image Crédit Mutuel Arkéa alléché par l’héritage

Crédit Mutuel Arkéa continue ses emplettes sur le marché des fintechs. La dernière entrée dans son panier est la plate-forme « masuccession.fr » spécialisée dans les droits de succession.
filet
image Boursorama Banque lance la carte gratuite pour tous

La guerre s'accentue dans le secteur de la banque en ligne. Orange s'apprête à lancer une offre gratuite de banque en ligne, SFR suivra très probablement. Boursorama Banque, banque en ligne, souvent désignée comme la banque la moins chère, se devait de réagir
filet
image Brexit : et de trois pour Paris

Après le hard Brexit puis le soft Brexit, la gouvernance crépusculaire de Theresa May invente le Brexit sans accord, c’est-à-dire le saut de l’inconnu. Pendant que les négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne s’enrayent, les acteurs de la finance londoniennes peaufinent leur plan B : ouvrir des succursales en zone euro. Déjà trois structures optent pour Paris.
filet
image BNP Paribas s'engage pour la transition énergétique

Le groupe mène une double action, d'une part il cesse de financer les acteurs liés au gaz et pétrole de schiste ou issu des sables bitumineux. D'autre part il s'engage à financer de manière accrue le secteur des énergies renouvelables.
filet
 
Rapido - toutes les rubriques en un clic