mogo
barre de menu
image image  Brexit      filet noir

Brexit : et de trois pour Paris

Vous êtes ici : Actualités :  banque  Brexit
filet flux RSS separateur partager facebook google live separateur envoyer a un ami separateur ecrire a qualisteam filet

Qualisteam | Lundi 16 Octobre 2017

Après le hard Brexit puis le soft Brexit, la gouvernance crépusculaire de Theresa May invente le Brexit sans accord, c’est-à-dire le saut de l’inconnu. Pendant que les négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne s’enrayent, les acteurs de la finance londoniennes peaufinent leur plan B : ouvrir des succursales en zone euro. Déjà trois structures optent pour Paris.

Les politiques britanniques n’ont pas prévu le coup d’après, n’ont pas prévu quoi faire après le vote, ils ont préféré leurs intrigues et leurs carrières au destin de leur royaume et l’Europe. Après avoir menti au bon peuple et promis que le royaume s’enrichirait du départ de l’Europe, Theresa May et son gouvernement sont incapables d’avouer leur mensonge et d’admettre que les Britanniques vont devoir payer plusieurs dizaines de milliards d’euros à l’Europe. Les négociations n’avancent pas et bientôt le temps manquera pour un accord de sortie.

A la City, l’heure n’est pas à un mouvement massif vers le continent mais l’optimisme n’est pas la valeur dominante. Les annonces de transfert vers la zone euros débutent. Sur le continent, Francfort, Dublin, Luxembourg et Paris ont les yeux de Chimène pour les financiers londoniens. Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace, ambitionne de la création de 10.000 postes dans la capitale. Le gouvernement français vient d’assouplir la fiscalité sur la rémunération des banquiers, les procédures administratives d’installation en France gagnent en rapidité et en simplicité. Même Anne Hidalgo, la maire de Paris et Valérie Pécresse, la présidente de l’Ile-de-France coopèrent pour dérouler le tapis rouge.

Après l’assureur américain Chubb, l’américain Citibank a demandé une licence pour des activités de courtage ce mois-ci. Jamais deux sans trois, Bank of America annonce la création de 300 postes à Paris ainsi que la location d’un immeuble de près de 10.000 mètres carrés appartenant à La Poste au cœur du triangle d’or parisien. Cet immeuble entièrement rénové pourra accueillir jusqu’à un millier de collaborateurs. D’autres établissements devraient annoncer leur venue en France.

Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire en mission de lobbying aux Etats-Unis a approché les banquiers américains. Arès un entretien avec le ministre, Jamie Dimon, Pdg de JPMorgan Chase, s’est dit impressionné par les réformes économiques françaises et a annoncé vouloir transférer 60 postes de Londres à Paris. Enfin, HSBC laisse entendre vouloir transférer près de 1.000 emplois sur Paris.

Malgré ces bonnes nouvelles, la concurrence reste rude avec Francfort.

A lire aussi :
Brexit : et de trois pour Paris
Brexit : Chubb prêt à venir en France
FROG : l’AMF et l’AFG dévoilent sept mesures pour renforcer le développement de la gestion française à l’international et permettre à Paris de devenir un centre financier incontournable


nouvellesrecherche inscription recherche

 
image CNP Assurances investit dans MyNotary

CNP désire investir 100 millions d'euros en cinq ans pour accompagner les starts-up innovantes. MyNotary, son 5ème investissement, est plateforme collaborative française de co-construction en ligne de contrats immobiliers.
filet
image Crédit Mutuel Arkéa alléché par l’héritage

Crédit Mutuel Arkéa continue ses emplettes sur le marché des fintechs. La dernière entrée dans son panier est la plate-forme « masuccession.fr » spécialisée dans les droits de succession.
filet
image Boursorama Banque lance la carte gratuite pour tous

La guerre s'accentue dans le secteur de la banque en ligne. Orange s'apprête à lancer une offre gratuite de banque en ligne, SFR suivra très probablement. Boursorama Banque, banque en ligne, souvent désignée comme la banque la moins chère, se devait de réagir
filet
image Brexit : et de trois pour Paris

Après le hard Brexit puis le soft Brexit, la gouvernance crépusculaire de Theresa May invente le Brexit sans accord, c’est-à-dire le saut de l’inconnu. Pendant que les négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne s’enrayent, les acteurs de la finance londoniennes peaufinent leur plan B : ouvrir des succursales en zone euro. Déjà trois structures optent pour Paris.
filet
image BNP Paribas s'engage pour la transition énergétique

Le groupe mène une double action, d'une part il cesse de financer les acteurs liés au gaz et pétrole de schiste ou issu des sables bitumineux. D'autre part il s'engage à financer de manière accrue le secteur des énergies renouvelables.
filet
 
Rapido - toutes les rubriques en un clic